IDEM+ARTS, Résidence Val de Sambre 2016






L'ÉCORCHÉ/ THE SKINNED, Automne 2016












AR(MÉ)MOIRES, Lycée Pierre Forest, Maubeuge, septembre 2015 à octobre 2016



Sollicités dans toutes les phases du projet 
(réflexion autour de l'intitulé « le corps de la terre », leur implication sur le territoire du lycée, 
le choix du lieu d'implantation, la réalisation de croquis préparatoires et de maquettes, la prise en compte d'impératifs techniques et le choix des matériaux puis la réalisation),
 les élèves au nombre de 12 (7 garçons, 5 filles) ont proposé avec Fred Martin une installation labyrinthe inspiré du tracé d’une coupe horizontale du cerveau 
et symbolisant ainsi la mémoire riche mais parfois sous-estimée du Lycée Pierre Forest. 
Le matériau en lui-même se réclame de la mémoire du Lycée : d'anciennes armoires en bois qui ont été démontées, remontées, assemblés, agencées, peintes et installées dans une partie de la cour du Lycée.

Plus qu'un lieu de mémoire, cette installation se veut un espace de déambulation, de rencontres, d'échange. C'est à la fois un souvenir et une agora, un lieu dans le temps et un fil du temps dans le sens où cette œuvre collective a été pensée comme le support d'une nouvelle mémoire. Les générations actuelles et futures de lycéens pourront à leur tour laisser leur empreinte, leur trace en déposant un objet, griffonnant un mot voire en dessinant sur les parois des armoires repeintes. Des armoires, autrefois éparpillées dans les bâtiments du Lycée et renfermant leur secret sont désormais rassemblées et devenues un cerveau-palimpseste.




















FRED MARTIN S'EXPOSE À LA RUMEUR, Lille, 25 juin au 30 septembre 2016




Les 13 salopards (la Cène)
13 outils rapportés de mes voyages 
(Inde, Brésil, Philippines, Indonésie, Malaise, Sénégal, Burkina Faso et Congo)
The dirty thirteen (the Lord's Supper)
13 tools brought back from my travels
 






















EXVAGUS , Villevêque, France, septembre 2016



Impressions des plaques confiées aux habitants de Villevêque en mai et juin dernier
en les invitant à suivre le protocole suivant:



EXVAGUS
MODE D’EMPLOI

1.   Déposer la plaque dans un endroit où des éléments naturels (végétaux, animaux, minéraux) peuvent intervenir. L’endroit peut avoir un lien avec votre histoire personnelle.

2.   Utiliser la fiche descriptive jointe pour décrire le plus précisément possible le lieu de dépôt de la plaque en indiquant
-       la date du dépôt
-       l’environnement dans lequel se trouve la plaque
-       les matières avec lesquelles elle entre en contact
-       la manière dont vous l’avez installée
-       les repères pour la situer et au cas où la retrouver...
-       le lieu exact de dépôt sur une carte et si possible, 

photographier le ou bien dessiner le.

      3.   Laisser le temps agir… 
            Le jour où vous décidez de récupérer votre plaque :

-                  Inscrire la date

-                  Photographier à nouveau le lieu (en tâchant de garder le même cadrage qu’à la photo de dépôt)
            Glisser la plaque ainsi que tous les éléments (photos, dessins, fiche descriptive) dans le sachet hermétique.      

      4.  Remettre en main propre le sachet contenant la plaque et autres éléments. 







 Début septembre, je récuperais 29 plaques sur 47 et entamais le processus de révélation de l'empreinte du temps et de l'environnement sur la plaque en l'imprimant sur papier Arches dans un atelier de gravure (impression sur presse taille-douce).
Tirages réalisés grâce à la précieuse collaboration de France Do qui me prête pour l'occasion son atelier à deux pas du moulin. 



L'exposition Exvagus montre les résultats de ces expériences 
ainsi qu'une genèse de ce projet à travers 3 installations sous vitrines.











Merci à la ville de Villevêque, ses habitants, Arnaud Poirier, Ludivine et Lucette , Gilles Samson et le restaurant Les Tonnelles pour leur accueil chaleureux!